Audition de J.-P. Raffarin pour le second texte de la réforme territoriale

Elisabeth Doineau est intervenue lors de l’audition publique de Jean-Pierre Raffarin dans la perspective de l’examen du projet de loi donnant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe). Ce second texte de la réforme territoriale traite des compétences de chaque niveau de collectivités.

Pour visionner la totalité de l’audition, cliquez sur l’image ci-dessous:

Aucune réforme structurelle dans le PLFSS 2015. Qu’attend le Gouvernement ?

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 10 novembre 2014

Elisabeth DOINEAU

Sénatrice de la Mayenne

 Aucune réforme structurelle dans le PLFSS 2015. Qu’attend le Gouvernement ? 

Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne déplore l’absence de réformes de structure dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015, malgré quelques orientations allant dans le bon sens.

Elle dénonce le manque de vision du Gouvernement sur ce texte. « Le Gouvernement peine à trouver les milliards d’économies à réaliser, alors qu’il existe 30 milliards d’euros de gaspillage en actes médicaux, selon le rapporteur général M. Vanlerenberghe. Par ailleurs, la fraude sur les cotisations sociales s’est élevée à plus de 20 milliards d’euros en 2012, soit 1 point de PIB, selon la Cour des comptes. Qu’attend  donc le Gouvernement pour agir? », s’interroge-t-elle.

« Faute d’avoir fait tout le reste, le Gouvernement décide de s’attaquer à la seule politique qui fait l’unanimité en France, la politique familiale. La modulation des allocations familiales instaure un nouveau choc de complexité, au niveau de la gestion des dossiers par les CAF », constate-t-elle.

Elisabeth Doineau ne se satisfait donc pas de la « grande illusion » jouée par le Gouvernement. «  Ce texte, comme l’a été la loi de financement rectificatif de la sécurité sociale de juillet dernier, n’aura qu’une simple vocation d’affichage », alerte-t-elle.

« Le temps des réformes de structure attendra une nouvelle fois… ».

Un plaidoyer pour une cause pleine d’espérance : la fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 30 octobre 2014

Elisabeth DOINEAU

Sénatrice de la Mayenne

 « Un plaidoyer pour une cause pleine d’espérance : la fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire »

 

Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne se fait l’avocate de la grande région Bretagne-Pays de la Loire. En ce sens, elle a défendu devant le Sénat l’amendement proposé par le président du groupe UDI-UC, François Zocchetto.

Plus qu’un amendement, c’est un plaidoyer :

  • Cette proposition s’appuie sur des réussites respectives, de remarquables bilans et des liens tissés depuis plus de 30 ans ;
  • Cette proposition s’appuie sur près de 400 mutualisations et coopérations ;
  • Cette proposition s’appuie sur des réalités humaines, sociales et économiques partagées par les femmes et les hommes de l’Ouest de la France.

Elisabeth Doineau affirme qu’ « aucune des deux régions ne saurait être un poids pour l’autre », tant sur le plan économique, social et démographique, les deux régions sont similaires.  Elle ajoute : « aucune menace n’est donc à craindre sur un quelconque désavantage concernant la représentation des territoires au sein du futur conseil régional ».

Concernant le projet de loi de délimitation des régions, Elisabeth Doineau déplore que « l’on parle du contenant avant le de parler du contenu. C’est un non-sens. La juste démarche aurait été de chercher quel périmètre est le plus pertinent pour répondre aux défis de demain dans l’intérêt de nos territoires et de leurs habitants».

« Pour obtenir l’adhésion, il faut que la réflexion parte du terrain. Le problème ayant été pris à l’envers, chacun défend « son » découpage idéal, chacun tire un bout de sa carte et on déchire la France ».

Notre système sociale est à l’agonie. Un remède de cheval s’impose.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 16 octobre 2014

Elisabeth DOINEAU

Sénatrice de la Mayenne

Secrétaire du Bureau de la Commission des Affaires sociales, « Notre système sociale est à l’agonie. Un remède de cheval s’impose. »

 

Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne, membre du bureau de la Commission des Affaires sociales, alerte sur les mesures prévues dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale : « Le Gouvernement va fragiliser l’une des seules politiques qui donne de réelles satisfactions, la politique familiale ».

La sénatrice dénonce « une saignée mal pensée ». A quelques jours de l’examen du PLFSS, la Commission des Affaires sociales a auditionné Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.

Puis, une seconde audition a été organisée pour entendre M. Didier Migaud, Premier Président de la Cour des comptes sur le rapport annuel de la Cour sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale.

Elisabeth Doineau ne se satisfait pas des mesures prévues par le Gouvernement : « Alors que notre système social est à l’agonie, le Gouvernement fait une erreur de diagnostic. Le traitement proposé sera inefficace et contreproductif. Un remède de cheval s’impose pourtant. »