Communiqué de presse: Responsabilité, dignité, unité

 

ÉTAT D’URGENCE

Elisabeth DOINEAU

Sénatrice de la Mayenne

« Responsabilité, dignité, unité »

FotorCreated 2

Le Sénat a examiné, le mercredi 20 juillet 2016, le projet de loi visant à proroger l’état d’urgence pour une durée de 6 mois. Condamnant les surenchères, le Sénat s’est montré à la hauteur de ses responsabilités en adoptant des mesures renforçant les outils mis à la disposition des forces de l’ordre.

« Nous parlementaires, élus de la République, mandatés par les citoyens français, nous leur devons de nous montrer dignes de la mission qu’ils nous ont confiée. Nous sommes comptables de l’unité nationale », juge Elisabeth Doineau. C’est dans cet esprit que les sénateurs ont proposé et adopté :

–          le renforcement de certaines mesures, comme la possibilité d’interdire les rassemblements dont la sécurité ne serait pas assurée, et de fermer des lieux de culte dans lesquels sont tenus des propos incitant à la haine et à la violence,

–          l’accroissement des pouvoirs de l’autorité administrative (assouplissement des conditions dans lesquelles le préfet peut autoriser l’armement d’une police municipale),

–          l’allongement d’un à trois mois de la durée maximale d’assignation à résidence pour les personnes de retour de théâtres étrangers d’opérations de groupements terroristes et dont la situation ne permet pas la judiciarisation immédiate.

« Ces mesures ne relèvent pas de l’affichage. Elles sont nécessaires mais ne seront pas suffisantes pour éradiquer la menace terroriste. Elles apportent de nouveaux outils à nos forces de l’ordre pour lutter contre cette barbarie. Mais la bataille doit aussi être menée sur le front des idées, de la culture et de l’éducation », conclut Elisabeth Doineau.

(crédit photo: Photo Sénat © Sénat)

 

Communiqué de presse: Une fin de parcours par la petite porte

 

LOI TRAVAIL

Elisabeth DOINEAU

Sénatrice de la Mayenne

« Une fin de parcours par la petite porte »

Le Sénat vient de rejeter en nouvelle lecture le projet de loi Travail. « Bâillonnée par le 49-3 à l’Assemblée nationale, le débat a eu lieu au Sénat, et malgré cela, rien n’a été gardé dans la nouvelle version du Gouvernement, qui, au contraire, a encore revu à la baisse son ambition originelle ! », déplore Elisabeth Doineau.

Paradoxalement, si cette loi a été vidée de son sens, elle entrainera tout de même encore plus de complexité, notamment pour les TPE et PME.

Malheureusement, cette loi restera dans l’histoire des mouvements sociaux qu’elle a suscités.

« Les journées de grève et leur cortège de dégradations, voire de violences, ont mis à plat l’économie de notre pays ! Engagée trop tard dans le quinquennat de François Hollande, sans réelle pédagogie, la loi Travail est purement et simplement un gâchis », conclut l’élue de la Mayenne.

Communiqué de presse: Qui sont les casseurs?

Violences lors des manifestations

Elisabeth Doineau

Sénatrice de la Mayenne

« Le Gouvernement est-il réellement en mesure de nous dire qui sont les casseurs ? »

aperçu

Cliquez sur l’image pour visionner l’intervention

Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne, a interrogé aujourd’hui le Ministre de la Justice lors des questions d’actualité au Gouvernement à propos de l’identification des casseurs interpellés lors des manifestations qui se sont déroulées depuis quelques mois, notamment celles contre la Loi Travail : « Qui se cache derrière ces masques et ces cagoules ? ».

 « Après plus de 1000 interpellations, le Gouvernement doit nous dire qui sont ces casseurs. S’agit-il de militants politiques, syndicaux, d’autonomes, de Français, d’étrangers, de gens connus ou non des services de police ? » a demandé la sénatrice.

Or, aujourd’hui, « le Gouvernement ne divulgue aucune analyse. Pourquoi ? » s’est interrogé Elisabeth Doineau. « Ce silence incompréhensible installe le doute et laisse la place aux peurs. Leur identification est indispensable pour pouvoir agir en termes de prévention, de réparation et de punition ».

A nouveau, « la non-réponse du ministre ne fait que renforcer une impression de malaise. Pas étonnant dès lors que le Gouvernement n’ose pas organiser les universités d’été du PS à Nantes, foyer de très violentes manifestations ces derniers mois » a-t-elle conclu.

 

Brexit or the comedy of errors…

Les annonces du départ de Nigel Farage de la tête du parti europhobe, UKIP, qui fait suite à la non-candidature de Boris Johnson au poste de Premier ministre, m’interpellent…

J’ai, d’une part, une pensée pour les Britanniques qui ont voté pour le Bremain, et d’autre part, une pensée pour ceux qui ont choisi le Brexit. Beaucoup se sentent aujourd’hui dupés, trompés, abandonnés par les leaders du mouvement anti-UE.

Irresponsabilité et inconséquence sont les mots qui me viennent pour décrire l’attitude des deux personnalités les plus virulentes pour sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne. Artisans du Brexit, ils n’ont aucun plan pour construire l’avenir et laissent les Britanniques à la dérive…

Les coups de théâtre se multiplient outre-manche depuis le référendum! Est-ce une reprise contemporaine de « the comedy of errors »? Il semble, en effet, que les œuvres de Shakespeare soient une source d’inspiration bien d’actualité, 400 ans après sa mort!