Révolution culturelle pour l’Université française

tu-delft-1723434_1920Lundi 19 décembre, le Parlement a adopté définitivement la proposition de loi, portant adaptation du deuxième cycle de l’enseignement supérieur français au système Licence-Master-Doctorat, présentée par Jean-Léonce DUPONT (UDI-UC – Calvados) et dont Elisabeth Doineau est cosignataire.

Cette proposition de loi vise à  prendre toute la mesure du système LMD en instaurant une sélection à l’entrée du Master (soit entre la fin de la licence et la première année du master).

Aujourd’hui, dans les faits, bien souvent une « sélection » s’opère entre la première et la deuxième année de master (justifiée par des contraintes matérielles : manque de places, etc.), fragilisant la situation de nombreux étudiants. Sur le plan national, 138 000 étudiants sont en master 1 contre 129 000 en master 2 en 2014.

Il y avait urgence à sortir de cette orientation par défaut, c’est-à-dire, par l’échec, à cause du tabou de la sélection à l’Université.

Cette proposition de loi, en vérité, permettra de rendre plus lisible le parcours des étudiants et de faciliter leur insertion dans la vie active.

Elle consolide leur autonomie pédagogique. C’est une avancée historique pour le système universitaire français !