Hommage à Gérard Lemonnier

B3AEFE77-D043-4D9A-A702-74175B473251 3.pngTHE FAMOUS KNIGHT
Cher Gérard, en intitulant mon intervention d’aujourd’hui « the famous knight », je livre à toutes et à tous une des anecdotes qui a illustré notre complicité lors de la campagne sénatoriale de l’été 2014.
C’est en effet en traversant le village de Couptrain, dans le nord-est mayennais, que tu m’as traduit sans difficulté le nom de cette auberge : « le célèbre chevalier ». J’apprenais ainsi que tu avais été aussi professeur d’anglais…
The famous knight,
Le célèbre chevalier,
Et tu l’as été, Gérard, chevalier, à mes côtés,
Tu avais toutes les qualités d’un chevalier, attentif, disponible, loyal, généreux, courtois, fidèle, fidèle aux valeurs d’une bonne éducation, fidèle aux idées qui portent les Hommes à se dépasser, fidèle à l’amour des autres plutôt que de soi-même,
En 2014, tu as accepté d’être mon suppléant, tu as donné de ton temps, tu m’as encouragée, tu m’as sincèrement aidée, tu as passé un été à visiter les élus de notre département avec moi, nous avons, l’un et l’autre, apprécié ce périple de village en village, la Mayenne est belle et nous nous le disions chaque jour. Tu m’as confié avoir passé de belles vacances! Ma victoire fut aussi la tienne.

The famous knight,
Le célèbre chevalier,
Tu l’étais, Gérard, chevalier, amoureux des lettres et des arts,
Tu aimais les livres d’histoire. Pour mieux comprendre le monde contemporain, tu avais besoin de ces lectures et tu aimais par-dessus tout les petites histoires dans l’Histoire, celles des armées d’anonymes, celles de valeureux inconnus, celles de nos héros locaux… celles de ces petits soldats de plomb que tu gardais de ton enfance.
Tu aimais la musique, surtout l’opéra et les grands airs d’opérette, ces musiques qui se racontent, qui se vivent, qui portent vers un monde où les sentiments se mêlent et s’entremêlent dans un tumulte délicieux.
Tu aimais la sculpture, tu étais tellement fier d’abriter dans ta ville une partie de l’œuvre de Derbré, des œuvres fortes d’expression et de messages.
Tu aimais la peinture, tu aimais en particulier les marines. Où t’emmenaient ces voiliers? Vers quels rivages? Vers quels ports? Sur quelles mers? Souvenirs d’enfance, Saint-Malo, Jullouville, rêves d’adulte, aventureux voyages…
The famous knight,
Le célèbre chevalier,
Gérard chérissait sa ville d’Ernée.
Chevalier des temps modernes, il en défendait son image et son avenir. Il en connaissait chaque pierre, chaque détail, chaque route, chaque rue, chaque ruelle, chaque jardin. Il était fier de tous ses habitants, de toutes ses forces vives qui animent chaque jour qui passe, il était de toutes ses manifestations, de toutes ses fêtes, de toutes ses inaugurations.
Gérard ne voulait rien rater, il voulait tout vivre dans sa ville d’Ernée.
The famous knight,
Le célèbre chevalier,
Gérard était de ces amis que l’on n’oublie jamais. Grave et joyeux, rassurant et doutant tout à la fois, c’était un homme d’honneur, qui tenait ses promesses et respectait ses engagements. C’était plus encore un homme de sentiment, parce qu’il mettait du cœur dans tout ce qu’il faisait. Pour tout cela, pour sa simplicité dans la relation, pour son supplément d’âme, son amitié était un trésor.
Gérard, my famous knight.
La chevalerie, avant de devenir une institution, était une fraternité. Par extension, chers Valentin, Antoine et Thibault, faites rayonner, unis dans votre fratrie, ces valeurs que portaient si bien votre père.
Elisabeth Doineau