Semaine européenne de la vaccination : pensez à vos rappels !

vaccination-1215279_1920A l’occasion de la semaine européenne de la vaccination, l’Assurance maladie lance une campagne pour le rappel du vaccin DTP (diphtérie, tétanos, polio).

Ce rappel est à réaliser tous les 20 ans chez l’adulte mais tous les 10 ans chez les personnes âgées dont l’immunité est moins bonne.

Pour les nouveaux parents, il est conseillé de le refaire, en incluant le vaccin contre la coqueluche. En effet, chez les nourrissons de moins de six mois, la coqueluche peut être très grave.

Cette semaine européenne de la vaccination est un moyen de sensibiliser les Français sur la nécessité d’être à jour sur leurs vaccins. Beaucoup de personnes ne savent pas où elles en sont. L’agence Santé Publique France propose d’imprimer chez soi ou de commander un carnet de vaccination pour les adolescents et les adultes et ainsi mieux suivre ses vaccinations : http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/detaildoc.asp?numfiche=1516#

Malgré les polémiques véhiculées sur les réseaux sociaux, la vaccination reste le meilleur moyen pour lutter contre les maladies infectieuses. À titre d’exemple, entre 2008 et 2011, 36 cas de tétanos ont été déclarés en France, tous chez des adultes non vaccinés. Les cas de rougeole sont en recrudescence du fait d’une couverture vaccinale en perte de vitesse.

En se vaccinant, on participe à l’éradication des maladies infectieuses graves et on évite surtout des décès.

Déserts médicaux : Le Sénat auditionne

Ordre-National-des-MédecinsLe 18 janvier 2017, la Mission d’évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (MECSS) a nommé comme rapporteurs : MM. Jean-Noël CARDOUX et Yves DAUDIGNY pur évaluer les mesures incitatives au développement de l’offre de soins primaires dans les zones sous-dotées.

Les auditions se poursuivent cette semaine, avec notamment la venue du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) avec la présence du Dr François Simon, président de la Section Exercice Professionnel.

Celui-ci a présenté les solutions dégagées par l’Ordre des médecins pour lutter contre les déserts médicaux et réformer notre système de santé. Elles sont regroupées dans le document « Construire l’avenir à partir des territoires » (consultable sur : https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/reformevoulueparlesmedecins.pdf). Lire la suite

Réponse à ma question écrite sur les collectivités territoriales et l’indemnité de conseil

argentQuestion n° 19741 adressée à M. le ministre des finances et des comptes publics transmis à M. le ministre de l’économie et des finances
Publiée le : 28/01/2016
Texte de la question : Mme Élisabeth Doineau attire l’attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur l’article 97 de la loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions. De nombreux conseils municipaux, conseils communautaires, syndicats, établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou encore hôpitaux versent une indemnité de conseil aux comptables du trésor public sous le vocable « indemnité au comptable, au percepteur, au trésorier ». Cette indemnité est calculée en fonction du budget de la collectivité ou de l’organisme.

A l’heure où chaque structure est confrontée à une réduction drastique de ses moyens financiers, cette attribution est remise en cause. Certains conseils municipaux ont d’ores et déjà voté un arrêt ou une baisse significative de cette indemnité. D’autres s’interrogent sur son bien-fondé et sur la pérennité de cette pratique. En effet, la législation affiche quelques contradictions.

D’une part, les collectivités territoriales et leurs établissements publics ne peuvent, pour des prestations qui leur sont fournies par des services déconcentrés ou des établissements publics de l’État, verser directement, sous quelque forme que ce soit, des indemnités aux agents desdits services et établissements publics de l’État. D’autre part, les collectivités territoriales et leurs établissements publics peuvent, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’État, verser des indemnités supplémentaires aux agents des services déconcentrés de l’État ou des établissements publics de l’État au titre des prestations fournies personnellement par ces agents en dehors de l’exercice de leurs fonctions dans lesdits services et établissements publics de l’État.

Certes, le comptable public a des missions obligatoires pour lesquelles il est payé par l’État, et d’autres facultatives pour lesquelles il perçoit éventuellement tout ou partie d’une indemnité de conseil, cependant, elle lui demande de préciser les obligations des agents des services et établissements publics de l’État ainsi que celles des collectivités à l’égard desdits agents. Lire la suite