Premier déplacement des délégués à l’accès aux soins

stethoscope-2617701_1920.jpgLundi 22 janvier 2018, la délégation à l’accès aux soins, composée du Dr Sophie Augros, de la sénatrice Elisabeth Doineau et du député Thomas Mesnier, a effectué son premier déplacement en région, en se rendant dans le Doubs, à Pontarlier et à Besançon.

Objectif de la journée : « Voir sur place ce qui se fait, chercher les bonnes idées là où elles sont puis les remonter au comité de pilotage sur l’accès aux soins. »

Comme d’autres territoires, le Doubs rencontre des difficultés dans l’accès aux soins :

  • Ses médecins sont âgés (près de la moitié a plus de 55 ans),
  • Ils ne sont pas équitablement répartis sur le territoire.

Pour y faire face, les acteurs locaux ont fait preuve de volontarisme, de pragmatisme et d’innovation. Cela a débouché sur la création, il y a trois mois, d’un « cabinet éphémère » à Pontarlier. Cette structure répond à une attente des médecins déjà en activité et surtout à la population locale.

Mis en place à la suite du départ de plusieurs médecins généralistes en quelques années à Pontarlier, il compte aujourd’hui 5 médecins généralistes volontaires. Entre son ouverture et la fin de l’année, le cabinet éphémère a enregistré 1 954 consultations. Soit une moyenne de plus de trente patients par jour.

Cette solution temporaire, qui visait à pallier l’attente de la création de la maison médicale prévue pour début 2019, pourrait bien durer et évoluer face à son succès. Il est envisagé de conserver les locaux pour le transformer en centre de spécialistes mis à la disposition de tous les médecins du secteur ou en maison de santé classique.

La journée s’est poursuivie par un échange à l’université de Besançon avec les étudiants en médecine générale. Il  a permis d’appréhender avec précision leur volonté de pratiquer une autre médecine, celle de demain.

Leurs doléances sont les suivantes : développement de l’exercice en centre ou en maison de santé, allégement des tâches administratives, développement des stages en milieu rural, participation aux frais d’hébergement et de transport pour réaliser les stages.