Question écrite: Orthoptistes et filière visuelle

glasses-107893_1920Question n° 08227 adressée à Mme la ministre des solidarités et de la santé
À publier le : 20/12/2018
Texte de la question : Mme Élisabeth Doineau attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les propositions de la profession des orthoptistes en vue d’améliorer la situation de la filière visuelle. Deux pistes sont intéressantes : la facilitation des stages en libéral et la possibilité de renouveler et d’adapter les corrections optiques dans les mêmes conditions que celles des opticiens lunetiers.  Lire la suite

Budget de la Sécurité sociale : Un retour à l’équilibre inédit, mais à quel prix ?

hemicycle01_300

Copyright Sénat

Le 20 novembre 2018, le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019, qui devrait aboutir à un retour à l’équilibre des comptes. Une première en 18 ans !

Malgré de bonnes mesures comme le reste à charge zéro, le texte gouvernemental irrite en préconisant un quasi gel des prestations sociales (retraites et prestations familiales en tête) pour les deux prochaines années. La hausse de 0,3% face à une prévision d’inflation soutenue génèrera 3,2 milliards d’euros d’économie au détriment des retraités et des familles. Une fois de plus.

Le Sénat maintient le pouvoir d’achat des retraités…

Le Sénat a rejeté cette sous-revalorisation. Pour maintenir l’équilibre des comptes, il est prévu notamment de reculer progressivement l’âge minimum légal de départ à la retraite à 63 ans à compter du 1er mai 2020, ce qui contribuera à financer le maintien du pouvoir d’achat des retraités.

… et des familles.  Lire la suite

Budget de la Sécurité sociale: mes questions sur la politique familiale, les crèches et les proches aidants

Le 10 octobre 2018, la commission des Affaires sociales du Sénat a auditionné la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 (PLFSS).

Elisabeth Doineau, rapporteure de la branche « Famille », a interrogé la ministre sur sa politique familiale et un meilleur accompagnement des proches aidants.

PLFSS 2018: Communiqué de presse

progress-1807541_1920.jpg

Groupe Union Centriste au Sénat

Projet de foi de Financement de la Sécurité sociale 2018

Ce mardi 21 novembre, le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale, révisé par le Sénat, est soumis au vote solennel en séance publique. Le groupe Union Centriste soutient ce texte, qui marque la trajectoire que le gouvernement compte donner à sa politique sociale.

« Nous nous retrouvons en grande partie dans la vision de la politique sociale que vous comptez mener tout au long de ce quinquennat » déclare Jean-Marie VANLERENBERGHE, au nom du groupe.

Cela a conduit le groupe UC à soutenir une grande partie des mesures que propose le gouvernement, tout en s’opposant à d’autres.

Au cours de l’examen du texte, le groupe a activement pris part à la réflexion sur les mesures à prendre pour assurer le financement pérenne de la protection sociale.

Le groupe Union Centriste a ainsi tenu à protéger le pouvoir d’achat des retraités, en proposant des solutions alternatives à la hausse de la CSG sur leurs pensions. En privilégiant la TVA, ou un lissage de la hausse, il a tenu à répartir plus justement le financement de baisses de charges bénéficiant aux actifs. Il a proposé au Gouvernement d’engager une réflexion plus globale sur la fiscalité, qui doit être simplifiée et poursuivre un objectif de juste répartition.  Lire la suite

Responsabilité

Mercredi 8 novembre, la commission des affaires sociales du Sénat débute l’examen des amendements portant sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

Un de mes amendements est sous le feu des critiques. Je souhaite, aujourd’hui, vous expliquer ce qui m’a conduite à le déposer.

Cet amendement revient sur une disposition de la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant, qui avait été adoptée contre l’avis du Sénat.

Cette disposition, proposée par le précédent Gouvernement, instituait un pécule pour les jeunes sortant de l’aide sociale à l’enfance (ASE) à la majorité, en le finançant par l’allocation de rentrée scolaire (ARS).

Je ne remets pas en cause l’utilité d’un pécule ! Mais, comme le Défenseur des Droits, je conteste que son financement soit réalisé en détournant une allocation destinée à un autre usage. Un financement pérenne est à trouver. Le débat sur le PLFSS est une opportunité pour connaître les volontés du nouveau Gouvernement sur la protection de l’enfance.

Je souhaite préciser pourquoi la situation actuelle n’est pas satisfaisante :  Lire la suite

PLFSS: Elisabeth Doineau présente son premier rapport de la branche Famille

CAS 171108Le 8 novembre, Élisabeth Doineau a présenté, aux membres de la commission des affaires sociales du Sénat, son rapport de la branche Famille du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

Pour la première fois depuis dix ans, les comptes de la branche dégagent un léger excédent, 300 millions d’euros pour 2017. L’excédent dépasserait 1 milliard d’euros en 2018 et progresserait tendanciellement pour atteindre 5 milliards d’euros en 2021.

Ce PLFSS prévoit deux mesures.  Lire la suite

Plan d’accès aux soins : Elisabeth Doineau nommée déléguée à l’accès aux soins

Elisabeth DOINEAU a accompagné le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, en Haute-Vienne lors de l’inauguration d’une maison de santé à Châlus. Le Premier ministre y a présenté un plan pour renforcer l’accès territorial aux soins.

Une problématique qui touche particulièrement la Mayenne.

Le plan d’action gouvernemental repose sur : « Plus de confiance, plus de coopération, plus d’innovation plus d’incitation, plus de souplesse ». Et parce que le gouvernement souhaite bâtir ce plan sur la confiance, il s’est montré défavorable à la remise en cause de la liberté d’installation des médecins.

Le plan se décline en 4 priorités et en 7 mesures principales :

4 priorités :

  • Renforcer l’offre de soins dans les territoires,
  • Abolir les distances grâce au numérique (télémédecine),
  • Assurer une présence soignante, pérenne et continue,
  • Construire des projets innovants avec les acteurs des territoires.

7 mesures :

  • Doublement des maisons de santé pluri-professionnelles,
  • 400 millions d’euros pour les centres de santé,
  • Développement de la télémédecine (prévue par le PLFSS),
  • Meilleure articulation entre la médecine de ville et l’hôpital,
  • Développement des pratiques avancées (permettre aux infirmiers de réaliser des actes médicaux),
  • Aides à l’installation et allégement des charges administratives,
  • 200 millions d’euros pour aider l’installation des médecins à s’installer dans les zones sous dotées.

Un comité de suivi de ce plan a été formé et servira « d’aiguillon » selon les mots d’Edouard Philippe. Il est composé du député Thomas Mesnier (Charente, LREM), du médecin Sophie Augros et de la sénatrice Elisabeth Doineau. Des réunions de travail seront mises en place très prochainement.